Retour à l'accueil

Mon classement des épisodes de la saison 4 de "Black Mirror"

Ma critique :

1) Black Museum (Episode 6)

« Black Museum » est, de loin, le meilleur épisode de la saison. Riche en thématiques, il nous invite à réfléchir sur des sujets passionnants. On retrouve notamment l’idée de vie après la mort permise par la technologie, qui avait déjà été traitée dans les épisodes « Be Right Back » (S2 E1) et « San Junipero » (S3 E4). Véritable miroir de la série toute entière, « Black Museum » contient d’innombrables références à d’autres épisodes de la série et, qui sait, peut-être même à des épisodes futurs si la série est renouvelée par Netflix.

2) USS Callister (Episode 1)

La quatrième saison de « Black Mirror » s’ouvre sur un épisode haut en couleurs, intelligent et fascinant. La technologie est ici l’outil de vengeance d’un homme frustré et lâche. L’épisode se termine sur un caméo amusant d’Aaron Paul qui fera sourire les nostalgiques de l’excellente série « Breaking Bad ».

3) Hang the DJ (Episode 4)

Un épisode intéressant qui nous invite à une réflexion sur la place de la technologie dans les rencontres amoureuses. Cette belle histoire hors du temps n’est pas sans rappeler « The Truman Show » et « Time Out ».

4) Crocodile (Episode 3)

A l’instar du thriller espagnol « Contratiempo », cet épisode utilise le délit de fuite comme point de départ d’une intrigue captivante. La technologie présentée est intéressante et ses possibilités sont bien exploitées. L’épisode se distingue par une narration travaillée qui participe à l’atmosphère angoissante. L’employée de la compagnie d’assurance est littéralement la personnification de l’étau qui se resserre autour de l’héroïne.

5) Metalhead (Episode 5)

En noir et blanc et quasiment muet, cet épisode minimaliste est prenant et surprenant. Très ouvert, il plante un décor apocalyptique où des robots-chiens tueurs semblent avoir décimé une bonne partie de l’humanité, mais ne nous explique pas comment on en est arrivé là. En ne critiquant aucune technologie en particulier, Metalhead nous invite à une réflexion générale sur notre société. Sommes-nous en train de nous diriger vers ce futur désastreux ? Si c’est le cas, il semble que nos chances de survie soient minces…

6) Arkangel (Episode 2)

Un épisode fainéant qui n’exploite pas le quart des possibilités offertes par une telle thématique. Le travail de Jodie Foster à la réalisation est toutefois à saluer.

Catégorie : Article

Je m'abonne à la newsletter
Retour à l'accueil