Retour à l'accueil

Avant Toi

Titre original : Me Before You

Réalisé par : Thea Sharrock

Sortie : 22 June 2016

Ma note : 16/20

Ma critique :

« Avant Toi » est l’adaptation cinématographique du roman éponyme de Jojo Moyes, paru en 2012. Le scénario a été écrit par la romancière elle-même, garantissant ainsi le respect de l’oeuvre originale, à l’instar de « Room » et « Le Monde de Charlie ».

« Avant Toi » raconte l’histoire de Louisa Clark, dite Lou, une jeune femme de 26 ans qui, après avoir perdu son travail de serveuse, décroche un poste d’aide-soignante auprès de Will, un ex-banquier amateur de sports extrêmes devenu tétraplégique à la suite d’un accident de la circulation. Débordante d’énergie et d’optimisme, Lou est un véritable rayon de soleil qui éclaire le quotidien de Will par son rire communicatif et ses tenues toutes plus excentriques les unes que les autres.

Après une phase d’apprivoisement croustillante, qui est souvent l’élément le plus amusant dans les comédies romantiques, Lou et Will tombent amoureux. C’est le sourire aux lèvres que nous suivons les aventures de ces deux tourtereaux, d’une course de chevaux à un concert de musique classique, en passant par le mariage de l’ex petite-amie de Will. Si cette idylle nous passionne tant, c’est principalement grâce aux interprétations convaincantes des deux acteurs principaux, Emilia Clarke et Sam Claflin. Délaissant ses dragons et la chevelure blonde qu’elle arbore dans la célèbre série « Game of Thrones », Emilia Clarke incarne Lou avec une authenticité pétillante. Elle parvient à nous émouvoir, malgré un jeu d’actrice alourdi par des expressions faciales trop appuyées. De son côté, Sam Claflin – connu notamment pour son rôle de Finnick Odair dans la saga « Hunger Games » – est d’une justesse admirable. Tous deux forment un duo attendrissant.

« Avant Toi » surpasse les films romantiques ordinaires en ajoutant à cette belle histoire d’amour une réflexion sur un thème complexe et délicat : l’euthanasie. En effet, Will souhaite mettre fin à ses jours car il ne parvient pas à faire le deuil de son ancienne vie. Rêver qu’il skie, pour ensuite se réveiller dans un corps qu’il ne contrôle plus, fait partie des souffrances qu’il ne veut plus avoir à endurer. Ce contraste n’est pas sans rappeler le chef d’oeuvre « Avatar » dans lequel Jake Sully aimait tant se téléporter virtuellement sur Pandora car cela lui permettait d’échapper à son handicap.

Là où « Intouchables » faisait le choix du feel good movie pour aborder la tétraplégie, « Avant Toi » nous montre une autre facette, plus sombre. Lors de sa sortie en salles, le film a d’ailleurs été mal accueilli par certains spectateurs qui considéraient qu’il présentait l’euthanasie comme la meilleure solution pour les tétraplégiques. Toutefois, je ne pense pas ce soit le message que la romancière Jojo Moyes ait voulu faire passer. Certes, beaucoup de personnes handicapées ont le courage d’accepter leur nouvelle situation, mais on se doit de respecter ceux qui n’y parviennent pas. Qui sait quelle décision on aurait prise à leur place ? Le choix de Will est évidemment un crève-coeur pour les spectateurs adeptes des happy ends mais il est aussi la raison pour laquelle on se souviendra du film. Tout comme on se souvient encore de Maggie Fitzgerald, douze ans après la sortie de « Million Dollar Baby ».

Catégorie : Films

Sous-catégorie : Romance

Je m'abonne à la newsletter
Retour à l'accueil