Retour à l'accueil

L'Accusé

Réalisé par : Oriol Paulo

Sortie : 9 August 2017

Ma note : 17/20

Ma critique :

Sorti en Espagne sous le nom de « Contratiempo » et à l’international sous le nom de « The Invisible Guest », « L’Accusé » est un thriller espagnol réussi qui devrait plaire aux amateurs du genre. Le synopsis est un classique que l’on a déjà rencontré dans plusieurs séries telles que « Les Experts Miami », « Innocente » et « The Night Of » : une personne se réveille aux côtés d’un cadavre et tente de faire face aux accusations de meurtre.

Plus précisément, c’est Adrián Doria (Mario Casas), un entrepreneur, qui découvre le cadavre de sa maîtresse, Laura (Bárbara Lennie). Pour préparer au mieux sa défense, l’homme d’affaires engage une avocate prestigieuse, Virginia Goodman (Ana Wagener), dont le nom fera sourire les fans de l’excellente série « Breaking Bad ». Afin d’aborder sereinement le procès qui approche, l’avocate demande à Adrián de lui raconter ce qu’il s’est passé.

C’est ainsi que nous découvrons, non pas la vérité, mais la version des faits de l’accusé. Et c’est précisément dans cette subtilité que le film puise sa force. En effet, tout ce que nous voyons a potentiellement été déformé, voire inventé. Il nous faut donc rester vigilants et attentifs aux détails, ce qui rend l’expérience d’autant plus captivante. Le scénariste et réalisateur Oriol Paulo prend un malin plaisir à construire des pans de l’intrigue pour ensuite les déconstruire en passant du point de vue d’un personnage à celui d’un autre. L’identité du suspect change constamment, tant les différentes hypothèses présentées sont plausibles. Avec le recul, on pourrait reprocher au film cet enchevêtrement de théories mais c’est cela qui lui donne son caractère si prenant, presque tourbillonnant.

A l’instar de l’épatant « Gone Girl », « L’Accusé » est un thriller oppressant dans lequel les apparences sont trompeuses. Il se conclut sur un twist remarquable. Remarquable certes, mais ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Il est identique à celui du thriller « El Cuerpo » (2014), également écrit et réalisé par Oriol Paulo. Celui-ci a visiblement un goût prononcé pour les délits de fuite et la vengeance savamment orchestrée. Cet auto-plagiat est une déception mais force est de constater que ce twist, qui paraissait tiré par les cheveux dans « El Cuerpo », est nettement mieux réussi dans « L’Accusé ».

Catégorie : Films

Sous-catégorie : Thriller

Je m'abonne à la newsletter
Retour à l'accueil