Retour à l'accueil

Gone Girl

Réalisé par : David Fincher

Sortie : 8 October 2014

Ma note : 17/20

Ma critique :

Après l’ingénieux « Fight Club », David Fincher nous prouve encore une fois qu’il est l’as de la manipulation et qu’il faut donc se méfier des apparences. Adapté justement du best-seller « Les apparences » de Gillian Flynn, « Gone Girl » est tout simplement un des meilleurs films de l’année. Comme pour « Fight Club » et « Seven », le twist final de « Gone Girl » marquera nos esprits pour longtemps. On retiendra également une magnifique photographie, ainsi que la performance magistrale de Rosamund Pike, et celle de Ben Affleck qui signe ici un des meilleurs rôles de sa carrière.

Ce thriller extrêmement bien ficelé est, avant tout, un film sur le mariage, ses désillusions et les perversités auquel il peut mener. D’ailleurs, la première scène donne d’emblée le ton. Sur un gros plan d’Amy (Rosamund Pike), la voix-off de son mari Nick (Ben Affleck) nous avoue qu’il se demande ce que sa femme pense et qu’il aimerait bien lui ouvrir le crâne pour le découvrir. Au début, nous ne sommes évidemment pas en mesure de réellement comprendre cette scène mais, lorsqu’elle revient pour clôturer le film, on est capable d’en saisir le sens, les sous-entendus et cela fait vraiment froid dans le dos.

Outre un évident désenchantement du mariage, le dernier film de David Fincher constitue également une critique habile de la société actuelle, et plus particulièrement des médias. Alors que « Fight Club » dénonçait explicitement la société de consommation (« The things you own end up owning you« , « Working jobs we hate so we can buy shits we don’t need« ), « Gone Girl » est davantage implicite. Des éléments sont posés ça et là et le spectateur est invité à comprendre, par lui-même, qu’ils ne sont pas sains. C’est ainsi que sont astucieusement dénoncés les talk-shows qui, grâce (ou à cause, c’est selon) à leurs dix millions de téléspectateurs, ont une énorme influence sur l’opinion publique. Si on veut plaire au peuple américain, il faut d’abord plaire aux présentatrices (on note que ce sont toutes des femmes) de ces émissions, même si cela implique de mentir. L’art d’être convainquant dans le mensonge est finement expliqué par Tanner Bolt, un avocat rusé parfaitement interprété par Tyler Perry, notamment dans la scène amusante du lancer de bonbons.

Attendez une seconde, vous voulez dire qu’il y a des scènes drôles dans ce thriller malsain ? Evidemment, et c’est là tout le génie de David Fincher. Cet humour noir est présent tout au long du film, notamment à travers Margo Dunne, incarnée par l’excellente Carrie Coon vue récemment dans la série « The Leftovers ».

Enfin, on notera l’importance du rôle du chat de Nick et Amy. Etant toujours à la maison, celui-ci connaissait toute la vérité avant nous autres spectateurs.

Catégorie : Films

Sous-catégorie : Thriller

Je m'abonne à la newsletter
Retour à l'accueil